Accueil / Exercice Professionnel / Burn out

La santé des médecins

 

Réseau d'aide aux soignants en Rhône-Alpes

Tout médecin peut être confronté à ses limites physiques ou psychologiques en raison d’exigences professionnelles trop élevées, d’un temps de travail particulièrement important, de charges administratives trop lourdes, d’un grand sentiment d’insécurité dans son exercice... Le médecin est alors souvent isolé et désemparé face à ses problèmes.

Le dépistage et la prise en charge du syndrome d’épuisement professionnel des soignants permettront de concilier une vie professionnelle équilibrée avec une vie privée et familiale épanouie que revendiquent les nouvelles générations de médecins.
Le Conseil régional de l’Ordre des Médecins Rhône-Alpes (CROM-RA), les Conseils départementaux de l'Ordre des Médecins de Rhône-Alpes (CDOM) et l’Union Régionale des Professionnels de Santé Médecins de Rhône-Alpes (URPS-RA Médecins) ont donc décidé d’unir leurs expériences pour venir en aide aux médecins en difficulté.

Le Réseau ASRA, association régie par la loi de 1901, est une structure indépendante qui fonctionne dans le respect de sa charte éthique (secret professionnel et confidentialité).

  • 37 médecins de soutien, volontaires, assurent une astreinte téléphonique 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Ils ont été formés à l’écoute pour repérer, orienter et participer à la prise en charge de confrères victimes d’épuisement professionnel, d’addictions, et de toute autre souffrance liée à l’exercice professionnel.
  • 46 personnes ressources allant du psychiatre, à l’addictologue, à l’avocat, au conseiller fiscal participent le cas échéant dans les meilleurs délais, au maintien ou à la restauration de la capacité professionnelle de ces confrères et organisent leur réinsertion.

 

Réseau ASRA Aide aux soignants de Rhône-Alpes

24 heures/24, 7 jours/7

0805 62 01 33

contact@reseau-asra.fr

www.reseau-asra.fr

Projet de consultation de prévention

La Commission Santé Publique de l’URPS Médecins Auvergne-Rhône-Alpes a constitué un groupe de travail chargé de promouvoir la santé des médecins.

Problématique :

Les indicateurs de santé des médecins ne sont pas bons :

  • 14 % des décès chez les médecins le sont par suicide ;
  • Surmortalité « psychiatrique » de 1,8 à 2,37. Il existe aussi une surmortalité somatique ;
  • 41 % des invalidités CARMF le sont pour troubles mentaux et du comportement ;
  • Fréquence élevée des tableaux d’épuisement ;
  • À CSP équivalente, les médecins présentent une surmortalité par rapport aux cadres de l’industrie ;
  • 80 % des médecins français n’ont pas de médecin traitant ;
  • Impact potentiellement dangereux sur la qualité des soins dispensés, statistiquement non évalué.

 

L’impact de la prise de conscience de ces statistiques et la médiatisation d’erreurs médicales, aux conséquences dramatiques en rapport avec des pathologies addictives ou autre de médecins, ont lancé un débat national et des actions diverses.

La prise de conscience de ce problème de Santé Publique a amené à la constitution et au renforcement d’associations d’aide aux médecins en difficulté comme ASRA dans notre région, à la création d’un DU de santé des soignants entre Paris et Toulouse, à la création d’unités dédiées aux soignants nécessitant une hospitalisation résidentielle ou de jour.

Parallèlement, les idées d’une obligation d’examen médical d’aptitude comme dans d’autres pays européens, parfois celle d’une obligation déontologique de signaler l’inaptitude présumée d’un confrère (comme en Catalogne) apparaît aussi.

Nous pensons qu’il est collectivement de notre intérêt de prendre en charge nous-mêmes des actions de prévention plutôt que de nous voir imposer des mesures contraignantes.

Nous avons l’objectif de sensibiliser les médecins à une meilleure prise en charge de leur santé. Nous pensons que des visites de dépistage régulières anonymes auprès de médecins généralistes seraient souhaitables. Nous envisageons de tester ces consultations dans un territoire représentatif de notre région.

Cinq médecins généralistes volontaires ont été recrutés pour pratiquer ces consultations auxquelles seront conviés tous les médecins libéraux des territoires retenus pour cette action. Ces confrères vont bénéficier d’une formation qui se fera à l’URPS. Les consultations se feront dans un lieu dédié.

 


Rubrique mise à jour le 16 novembre 2017