En bref

Brèves et Actualités

12/06/2019 : *** QUESTIONNAIRES relatifs aux pratiques professionnelles des médecins libéraux ***

L’URPS Médecins Libéraux Auvergne-Rhône-Alpes a envoyé un questionnaire adressé, par courriel ou par courrier postal, à tous les médecins libéraux de la région. Ce questionnaire a pour but de mieux connaître les temps d’activité et les pratiques des médecins libéraux, et ainsi, d’actualiser les données de la base Géosanté relative à la démographie médicale libérale. Ces éléments permettent de faire notamment des études par territoire sur les évolutions de la démographie médicale.

 

Un courrier explicatif accompagne ce questionnaire.

 

Nous appelons le plus grand nombre de médecins libéraux à répondre à cette enquête et vous remercions de votre participation.


Si vous n’avez pas reçu ce questionnaire par courriel, cliquez sur le lien ci-dessous correspondant à votre spécialité : 

  • Autres spécialités non mentionnées ci-dessus (Biologie médicale, Gériatrie, Hématologie, Médecine physique et de réadaptation, Médecine interne, médecine nucléaire, neuro-psychiatrie, Oncologie médicale et radiothérapeutique, radiothérapie)

05/06/2019 : CYBERSÉCURITÉ et RGPD : comment protéger votre exercice libéral

Cybersécurité et RGPD


 

La Cybersécurité

 

 

FICHES PRATIQUES :

 

RECOMMANDATIONS :

 

AFFICHE :

 

POUR ALLER PLUS LOIN...

 

  • MOOC de l'ANSSI : Vous y trouverez l’ensemble des informations pour vous initier à la cybersécurité, approfondir vos connaissances, et ainsi agir efficacement sur la protection de vos outils numériques. Ce dispositif est accessible gratuitement jusqu’au mois d’avril 2019.

LE RGPD

 

Le Règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD), adopté au niveau européen, est entré en application le 25 mai 2018.

À la suite de la lettre juridique Juridic’Info (mars/avril 2018), le Conseil national de l’Ordre des médecins (CNOM) et la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) ont publié un guide pratique à l’attention des médecins directement concernés par la protection des données personnelles, qui s’articule avec le respect du secret professionnel.


Le guide pratique, élaboré et rédigé conjointement par le CNOM et la CNIL, accompagne les médecins dans la mise en œuvre des obligations prévues par la nouvelle réglementation sur la protection des données personnelles. Il propose une approche pragmatique et des fiches thématiques, qui peuvent être consultées distinctement.


Pour consulter le guide, cliquez ici.

 

ARTICLES :

 

 

À découvrir également les documents :

 

Afin de répondre aux obligations mises en place par le RGPD, tous les professionnels de santé doivent informer leurs patients de leurs droits de suppression ou de modification de leurs données à caractère personnel. Pour cela, une affiche doit être visible dans votre salle d’attente.

 

VERSION IMPRIMABLE

04/06/2019 : [3 & 4 juillet 2019] Formation Secrétaires médicales à ROANNE

L’URPS Médecins AuRA proposera, les 3 & 4 juillet 2019, une formation destinée aux secrétaires médicales des cabinets de médecins généralistes de Roanne. Cette formation sera dispensée par l’organisme Aptitudes qui est agréée par Actalians (OPCA des cabinets médicaux et établissements de santé), ce qui exonère les médecins de la gestion du dossier administratif et de l’avance des frais de formation.

 

Voir le programme de cette formation.

 

Pour tout renseignement, envoyez un courriel à urps@urps-med-aura.fr ou appelez le 04 72 74 02 75.

03/06/2019 : -- AGENDA PARTAGÉ : dossier de consultation (Appel à candidatures) --

L’URPS Médecins Libéraux Auvergne-Rhône-Alpes lance une consultation pour le développement d’un agenda partagé. Ce dernier est destiné à assurer une meilleure organisation de la permanence des soins, orientée vers une meilleure circulation des informations de planification et une facilitation de l’organisation des gardes pour les professionnels de santé.

 

Dans ce contexte, vous avez accès au différents documents :

 

(*) Envoi du fichier excel sur simple demande (urps@urps-med-aura.fr)


N'hésitez pas à nous contacter si nécessaire : 04 72 74 02 75.

29/05/2019 : Journées nationales de la macula 2019

Cette année, les Journées Nationales de la macula auront lieu du lundi 24 au vendredi 28 juin 2019.


Organisées par la Fédération France Macula et l'Association DMLA en collaboration avec les acteurs clés du monde de l'ophtalmologie (SFO, SNOF, AFO), ces Journées sont élaborées en partenariat avec les laboratoires Novartis, Bayer, Allergan et Hoya-Seiko.

À l'occasion de cette quatrième édition des Journées nationales de la macula, le travail de sensibilisation sur la DMLA, la maculopathie diabétique ainsi que sur la maculopathie myopique, qui constitue un enjeu majeur de santé publique car elle touche des patients jeunes, bien souvent en pleine activité professionnelle sera poursuivi.  

 

Cette année, l'accent est mis sur les nombreux avantages du dépistage afin de lever les réticences de certains patients insuffisamment informés qui redoutent l'examen. Le message est direct : "Le dépistage c'est simple, rapide, indolore et ça peut sauver votre vue !"

Concrètement, les Journées Nationales de la Macula visent à inciter les personnes à risque (plus de 55 ans, les diabétiques et les grands myopes), ne bénéficiant pas d'un suivi ophtalmologique régulier, à se faire dépister auprès des ophtalmologistes et services hospitaliers participant à ces Journées


Vous pouvez jouer un rôle central en relayant la campagne et en valorisant la participation des centres hospitaliers et des ophtalmologistes de votre région. Cette action de sensibilisation sera d’autant plus efficace que de nombreux acteurs locaux, comme vous, la relaieront auprès de leurs publics.

Afin d'amplifier la diffusion de ce message vers les médias (sites Internet, journaux municipaux, affichages électroniques…) et les relais associatifs, vous trouverez les affiches de sensibilisation : DMLA / Maculopathie diabétique / Maculopathie myopique, ainsi que le communiqué de presse.


Par ailleurs, vous pourrez télécharger d'autres outils (Dossier de presse, bannières Internet, Label "Relais des Journées Nationales de la Macula", guide d'information…) sur le site avec le code partenaire : PARTENAIREMACULA2019

29/05/2019 : Focus sur la maladie de Wilson en France

La maladie de Wilson est une maladie génétique autosomique récessive caractérisée par une accumulation toxique de cuivre essentiellement dans le foie et le système nerveux central.

 

Il s'agit d'une maladie rare, puisque l'incidence estimée en France est de 1/30 000 à 1/100 000 nouveaux cas par an. Sa prévalence est estimée à 1/25 000. La fréquence du portage hétérozygote est évaluée à 1/31 selon la dernière étude de prévalence génétique. En l’absence d’étude épidémiologique, le nombre de cas de maladie de Wilson est estimé entre 700 et 1 800 en France. À l’heure actuelle, 604 patients ont été identifiés.

 

Le diagnostic peut être évoqué après l’âge de trois ans, chez l’enfant et chez l’adulte, devant les contextes cliniques suivants :

 

- Toute anomalie des fonctions hépatiques : de la simple cytolyse à la cirrhose.

 

- Des troubles neurologiques très variés : baisse du rendement scolaire, modifications de l’écriture, de l’élocution et/ou de la déglutition, tremblement ou mouvements anormaux, et des troubles psychologiques.

 

Le diagnostic est évoqué sur les données cliniques, confirmé par un bilan cuprique et validé par la mise en évidence des anomalies moléculaires.

 

Cette maladie est l'une des rares affections génétiques à pouvoir être traitée avec efficacité grâce, en particulier, à l'utilisation de chélateurs de cuivre et de sel de zinc. En cas d'échec ou bien dans les formes fulminantes hépatiques, la transplantation hépatique doit être envisagée.

 

‘Le Centre de Référence Maladies Rares (CRMR) : Maladie de Wilson’ est constitué d’un site coordonnateur situé à Paris, unité constitutive à Lyon, et huit centres de compétences repartis sur le territoire. Parmi ses multiples missions, le CRMR Maladie de Wilson s’occupe de structurer l’offre de soins pour les patients, former les professionnels et coordonner les activités de recherche.

16/05/2019 : Kits de formation "tabacologie"

Dans le cadre de la campagne nationale Moi(s) Sans Tabac et de la loi du 26 janvier 2016 qui précisent les nouveaux prescripteurs de substituts nicotiniques, les professionnels de santé présents lors des derniers comités opérationnels de la campagne dans le Puy-de-Dôme ont émis des besoins en matière de formation en tabacologie et d'accompagnement au sevrage des patients suivis.

 

Pour ce faire, un comité technique formation s'est créé autour de l'ANPAA, du CHU - Pôle Addictologie et du dispensaire Emile Roux à Clermont-Ferrand. Les Drs Schmitt et Boute-Makota du service du Pr Brousse ont pour cela créé des kits de formation à distance adaptés à chaque professionnel de santé concernés par la loi de 2016 et à l'attention des pharmaciens.

 

Tout professionnel intéressé peut s'inscrire en contactant


Mme Naima DRISSI

Secrétaire du Pôle Addictologie du CHU

au 04 73 75 20 72

 

À la suite des formations suivies, des soirées d'échanges de pratiques avec cas cliniques pourront être proposées et animées par les médecins addictologues/tabacologues de l'ANPAA, du CHU et du dispensaire Emile Roux.

09/05/2019 : 18/06/2019 : Matinée d'addictovigilance à Lyon

Le CEIP organise sa première « Matinée d’Addictovigilance » le mardi 18 juin 2019. Celle-ci se tiendra à Lyon, de 9h30 à 12h30. 

 

Consultez le pré-programme de cette matinée. Celui-ci s’articulera autour de thématiques d’intérêt et d’actualité concernant la veille sanitaire et les addictions.

 

Pour vous inscrire, cliquez sur ce lien.

03/05/2019 : Note du 19 mars 2019 : Mesure de l'uralcémie

Cliquez ici pour lire la note du 19 mars 2019 relative à la nécessité de mesurer l’uracilémie chez les patients dont l’activité en DPD n’est pas connue, avant tout traitement par des fluoropyrimidines.

02/05/2019 : X-Ailes : Service de soutien pour les personnes en surpoids et obésité

Outils de communication pour le projet X-ailes portant sur l’obésité :

   

Les personnes en situation de surpoids ou d’obésité peuvent rentrer en contact avec X-ailes et être soutenues dans leurs démarches en santé.

25/04/2019 : Programme de l'Espace de Réflexion Éthique Auvergne-Rhône-Alpes (ERERRA) : juin 2019

4e PRINTANIÈRES DE L’ÉTHIQUE EN SANTÉ


À LYON
Jeudi 6 Juin 2019 de 10h à 16h à la Faculté de Médecine Laennec, Amphithéâtre A4 – 7-11, rue Guillaume Paradin – 69372 Lyon cedex 08

 

Cliquez ici pour voir le PROGRAMME - Cliquez ici pour voir l’affiche


Assemblée Générale de toutes les structures d’éthique existantes ou en devenir des établissements de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Objectif : Partager la réflexion éthique entre les professionnels de santé des établissements sanitaires et médico-sociaux en Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Avec la participation de Monsieur le Pr Jean-Louis TOURAINE, Député, Rapporteur de la mission parlementaire sur la révision des lois de bioéthique.
 
Inscription gratuite et obligatoire sur le site ERERRA

   

CAFÉS ÉTHIQUE

 

À CLERMONT-FERRAND

Mercredi 12 Juin 2019 à 18 heures au café-lecture Les Augustes, 5, Rue Les Augustes 63000 Clermont-Ferrand

Thème : Les aidants, un questionnement éthique à développer ?

Nous sommes tous potentiellement des aidants lorsqu'un proche est souffrant ou malade. Toutefois lorsqu’une maladie grave ou chronique s’installe, ou lorsqu’un handicap sévère atteint un proche, le rôle d’aidant, souvent investi par un membre de la famille, transforme les relations et la personne elle-même. Pris alors entre le souhait d’un dévouement sans réserve, les émotions vécues liées à la situation et au lien affectif, la dynamique familiale, la collaboration avec l’équipe de soins parfois conflictuelle… ouvrent de nombreux questionnements éthiques.
Comment favoriser une telle démarche et y répondre  par une réflexion collective dans le souci de mieux accompagner ?

Débat avec Madame Elodie CAMIER-LEMOINE, philosophe et chargée mission Espace Ethique, et Madame Véronique LABRIZE, cadre de santé et animatrice journée nationale des aidants
Inscription gratuite et obligatoire sur le site ERERRA

 

À GRENOBLE
Jeudi 20 Juin 2019 à 19h au Chimère café – 12, rue Voltaire – 38000 Grenoble
Thème : Autonomie du patient et médecine prédictive

De nombreuses maladies génétiques peuvent maintenant être diagnostiquées plusieurs années ou décennies avant même l'apparition des premiers symptômes. On parle alors de diagnostic pré-symptomatique (DPS).

Cette possibilité est ouverte au choix des personnes concernées, mais pourquoi vouloir savoir ?

La réponse est assez simple quand ce DPS ouvre la voie à une possibilité de prévention, mais malheureusement ce n'est pas toujours le cas. Que faire alors ?

 

Débat avec Madame Gipsy BILLY, conseillère en génétique et Madame Marlène JOUAN, philosophe, animé par Monsieur le Pr Pierre-Simon JOUK, directeur adjoint de l’Espace Ethique ARA.

Inscription gratuite et obligatoire sur le site ERERRA

 

   

DIPLOME DIU « Éthique en Santé »

Réflexion éthique et philosophique pour le soin, l’enseignement et la recherche en santé

 

En partenariat avec les Universités d’Auvergne, de Grenoble, de Lyon et de Saint-Etienne, les Membres du Comité Pédagogique sont heureux de porter à votre connaissance l’ouverture des inscriptions de la 19e Promotion du Diplôme Interuniversitaire.

Cliquez ici pour voir le programme.


OBJECTIFS :
- Permettre d’acquérir une solide formation de base pour favoriser la prise de décisions éthiquement éclairées en santé.
- Explorer les principes, les courants et les enjeux de la réflexion éthique.

PUBLIC : Toute personne intéressée par la réflexion éthique en santé peut participer à ce DIU : Patients, professionnels de santé et médico-social, directeurs d'établissements, journalistes, étudiants…
 
Cet enseignement, espace de réflexion en matière d’éthique en santé entre dans le cadre de la Formation Professionnelle Continue (DPC). Il est financé par les établissements de soin.

Les candidatures (lettre de motivation simple et CV court) sont à adresser à : espace.ethique@chu-lyon.fr avant le 30 juin 2019.


18/04/2019 : 15/09/2019 : Semi-marathon du Nord-Isère API RACE

Après une première édition formidable, API RACE revient le 15 septembre et toujours avec l'ambition de mettre les métiers de la santé à l'honneur ! Plus d'une trentaine de pharmacies sont partenaires.

 

Comme l'an passé, une partie des recettes sera reversée à la Ligue contre le cancer, des centres de recherche et hôpitaux, l'Oeuvre des Pupilles et Orphelins de Sapeurs Pompiers !

 

Comme l'an passé des T-Shirts spécial métiers de la santé !

 

Et plein de grosses surprises à découvrir le jour J. 

 

Alors, prêts à relever le défi ?

 

Téléchargez le flyer et l'affiche.

 

Suivez l'actualité sur Facebook.

18/04/2019 : Campagne de sensibilisation à la Polykystose Rénale Autosomiqe Dominante

Nous vous informons de la mise en place d’une campagne de sensibilisation sur la maladie génétique rénale la plus fréquente : la polykystose rénale autosomique dominante.  

 

La polykystose rénale touche environ 30 000 patients en France. Par ailleurs, 8 193 patients polykystiques bénéficient d’une suppléance rénale (dialyse ou greffe) et 600 nouveaux patients souffrant de cette pathologie entrent en dialyse chaque année. C’est la maladie rénale génétique la plus fréquente et pourtant, un grand nombre de patients reste aujourd’hui non diagnostiqué.

 

Cette campagne de sensibilisation est lancée sur les réseaux sociaux auprès du grand public et des professionnels de santé : « Savoir c’est pouvoir prévoir ».

 

Le principal enjeu pour ces patients et leurs proches est qu’ils soient pris en charge précocement par un néphrologue pour se préparer au mieux à l’arrivée en insuffisance rénale. Une information structurée vis-à-vis de ces patients et de leurs familles permettrait un meilleur suivi.

 

Accédez à la campagne de sensibilisation

 

15/04/2019 : Le territoire des Vans s'organise en CPTS

L’URPS Médecins AuRA a organisé, le mardi 9 avril 2019, une réunion de présentation des CPTS sur le territoire Les Vans Sud Ardèche. Lire l’article paru dans Le Dauphiné Libéré le 14/04/2019.

01/04/2019 : Lettre du Réseau Régional de Vigilances et d’Appui

25/03/2019 : Dépistage du saturnisme infantile et de la femme enceinte : actualisations

L’intoxication par le plomb demeure un sujet d’actualité et une priorité de Santé Publique.

 

Vous participez pleinement à la lutte contre le saturnisme infantile puisque près de la moitié des 326 plombémies, dont 257 de primo-dépistages, prescrites sur la région Auvergne-Rhône-Alpes en 2018 le sont par les médecins libéraux.

 

Ces dépistages ont conduit à 30 déclarations obligatoires (plombémies ≥ 50µg/L) et à des enquêtes environnementales. Les situations de migration récente constituent une part importante des primo-dépistages et des DO ; le plomb hydrique émerge comme source d’intoxication en cas d’exposition dans l’habitat.

 

Le Haut Conseil de la Santé Publique a actualisé en 2018 son Guide pratique de dépistage et prise en charge des expositions au plomb chez l’enfant mineur et la femme enceinte.

 

Pour vous aider dans le repérage des situations de surexposition, la prescription d’une plombémie de primo-dépistage et le suivi des intoxications ou des situations à risque, nous vous proposons deux documents synthétisant ces nouvelles recommandations :

 

Les pages thématiques du site Internet de l’ARS ont été actualisées avec ces nouvelles recommandations (guide du HCSP, plaquettes de synthèse de la DGS et de Santé publique France), des supports de formation et de communication accessibles sur la page destinée aux professionnels et sur celle destinée aux usagers.

13/03/2019 : Contrôles de la direction des fraudes

L’URPS Médecins vous informe sur le sujet des contrôles de la direction des fraudes.

 

Un arrêté paru le 30 mai 2018 délivre de l’information aux personnes destinataires d'activités de prévention, de diagnostic et/ou de soins. Pour lire l’arrêté, cliquez ici.

 

Nous attirons votre attention sur des points importants : phrases à mentionner obligatoirement, avec un affichage dans la salle d’attente et près du lieu d’encaissement… (voir ci-dessous), et sur le fait que la direction de la répression des fraudes se lance dans des contrôles sur l’application de l’arrêté.

 

Article 3 

Lorsque les obligations d'information prévues par le présent arrêté sont affichées, elles le sont de façon lisible et visible sur un même support dans le lieu d'attente du patient ainsi que dans le lieu d'encaissement des frais.

Article 4 

Les professionnels de santé conventionnés, les centres de santé et les autres services de santé affichent la phrase suivante :

« Seuls peuvent vous être facturés des frais correspondants à une prestation de soins rendue. Le paiement d'une prestation qui ne correspond pas directement à une prestation de soins ne peut vous être imposé. » 

Lorsqu'un professionnel propose au patient des prestations ne correspondant pas directement à une prestation de soins, il affiche la liste des prestations offertes et le prix de chacune d'entre elles. 

Article 5

Les choix conventionnels et leurs conséquences… Avec des phrases précises à afficher.

Article 7 

L’obligation de devis au-delà de 70 €.

17/01/2019 : Livret RGPD à distribuer aux salariés

Ce livret est à distribuer à vos salariés dans le cadre de votre mise en conformité au RGPD. Il répond de manière synthétique et compréhensible aux questions qu'ils peuvent vous poser :

 

1. Qu'est-ce que le RGPD ?

2. Quelles sont les données à protéger ?

3. Quels sont vos droits en tant que salarié ?

4. Quels sont les devoirs de mon employeur ?

5. Quelles sont vos obligations en tant que salarié ?

16/01/2019 : Consultation des chiffres des services de MÉDECINE D'URGENCE

Suite à la demande de différentes délégations départementales émanant de professionnels de santé dans le cadre de la construction de CPTS, vous pouvez consulter les requêtes réalisées par l’ARS (modalités de lecture ci-dessous) sur l’activité des SU par bassin avec une analyse par provenance, horaires de passage, âges, mais aussi par CCMU et DP.


Exploitations des RPU 2017, domiciliés par zones de proximité :

  • Codage de l'origine géographique indique le taux de codage/conformité par établissement, de l’origine géographique du patient passant aux urgences. Certains établissements comme le CH METROPOLE SAVOIE ne renseignent pas correctement ce code géographique, de même que, à une moindre mesure (71 % de RPU domiciliés), les cliniques des côtes du Rhône et du Renaison. Sur les autres zones géographiques, la domiciliation des RPU est tout à fait suffisante.

  • Age des patients : répartition des passages par tranche d’âge ([0 - 3 ans], [3 - 18 ans], [18 - 75 ans], [75 ans et +]), l’âge étant codé dans 99 % des RPU. Ce tableau comporte aussi des colonnes relatives à la population des zones de proximité et au nombre de RPU domiciliés par habitant, cet indicateur (biaisé pour les zones touristiques) étant représenté sur une carte géographique.

  • Heure d'entrée : répartition des passages par heure d'entrée dans le service d'urgences entre 8h et 20h (+ total avant 8h et total après 20h). L’indicateur de qualité du codage de l’heure d'entrée n’est pas nécessaire dans la mesure où c’est une variable indispensable à la transmission des RPU et parce qu’il n’y a pas non plus de codage atypique pour notre région (contrairement par exemple à la région Normandie, exclue de la moyenne nationale).

  • Niveau de gravité : répartition des passages par code CCMU d’une part, et taux de passages avec un diagnostic principal de traumatologie d’autre part. Attention, la qualité de codage de ces deux variables est très hétérogène.

  • Glossaire : définition des codes CCMU et liste (FEDORU) des diagnostics de traumatologie.

 

Pour les territoires dont, d’une part, la domiciliation des RPU est très insuffisante, Chambéry en particulier, ou, d’autre part, le codage de certaines variables (en particulier CCMU, voire diagnostics) est imparfait (voir les colonnes « non codé »), les promoteurs devront contacter directement les établissements concernés pour, le cas échéant, obtenir leurs données.

04/01/2019 : Le Bus Santé reprend la route

Le Bus Santé repart en tournée dès janvier 2019. Comme en 2018, il va sillonner la Drôme et l’Ardèche jusqu’au mois de décembre.

 

Le Bus Santé pratiquera :

 
  • Le dépistage de la rétinopathie diabétique pour les patients diabétiques n’ayant pas vu d’ophtalmo depuis plus d’un an et n’ayant pas de prochaine consultation prévue.

  • Des actions d’éducation thérapeutique, de prévention et de promotion de la santé ouvertes à tous.

 

Consultez les documents suivants :

 

Si vous souhaitez distribuer ou afficher des supports papiers, merci d’adresser votre demande par courriel à cette adresse bussante@collectifsud.fr en précisant :

 
  • Le nombre d’affiches (A3 ou A2)

  • Le nombre de flyers

  • L’adresse à laquelle vous souhaitez les recevoir.

 

Ils vous seront envoyés dans les plus brefs délais.

 

CONTACT :

Le Bus Santé, Collectif SUD

Tél. : 04 75 81 63 10

Site : www.collectifsud.fr

03/01/2019 : Réorganisation de l'offre en addictologie sur le Nord du département du Rhône

Courrier d’information concernant la réorganisation de l’offre en addictologie sur le Nord du département, suite au diagnostic réalisé en 2017 par l’ORS à la demande de l’ARS.


Diaporama
transmis le Dr Antoine CANAT (ARIA-OPPELIA) afin d’alimenter le travail qu’il reste à mener concernant l’appui aux médecins généralistes en addictologie afin de favoriser une prise en charge de proximité de premier niveau.

28/12/2018 : Les permanences d’accès aux soins de santé (PASS)

Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout particulièrement les personnes les plus démunies est une priorité de santé publique. Tous les patients ont droit à des soins de qualité et à la prévention. Cependant, l’accès effectif à ces droits nécessite pour les personnes en difficulté sociale des modes d’organisation et d’action spécifiques.

 

Les permanences d’accès aux soins de santé (PASS), instaurées dans les établissements de santé par la loi d’orientation de lutte contre les exclusions, représentent un outil efficace pour faciliter l’accès au système de santé et la prise en charge des personnes démunies.

 

Vous trouverez, ci-dessous, les coordonnées des PASS en Auvergne-Rhône-Alpes :

 

CANTAL : CH Henri Mondor d'Aurillac

 

Entretien avec une assistante sociale / Accompagnement social / Aide aux démarches d'ouverture de droits / Informations et orientation / Consultations médicales

Tél. : 04 71 46 86 91

 

HAUTE-LOIRE : CH de Brioude

 

Facilitation de l’accès au système de santé / Accompagnement dans les démarches nécessaires à la reconnaissance de ses droits / Aide à réintégrer un système de droit commun

Tél. : 04 71 50 95 10

 

ISÈRE : CHU Grenoble-Alpes

 

Accueil et évaluation par un Assistant Social / Consultation de médecine générale / Aide aux démarches d’ouverture de droits / Orientation vers structures appropriées

Tél. : 04 76 76 94 66

 

ISÈRE : CH de Voiron

 

Consultation de médecine générale ou spécialisée / Aide à l’accès aux droits / Informations et orientations

Tél. : 04 76 67 17 89 poste 4657

 

LOIRE : CHU de Saint-Etienne

 

Accueil et évaluation par un Assistant Social / Consultation de médecine générale / Soins dentaires / Soins infirmiers

Tél. : 04 77 12 04 31 ou 0800 508 350 (appel gratuit)

 

LOIRE : CH du Forez - Montbrison-Feurs

 

Consultation de médecine générale / Aide à l’accès aux soins / Aide à l’ouverture aux droits / Orientation vers structures appropriées / Accompagnement social

Tél. : 04 77 27 54 94  (Feurs) ou 04 77 96 74 43 (Montbrison)

 

LOIRE : Hôpital Le Corbusier - Firminy

 

Consultation de médecine générale / Accompagnement social

Tél. : 06 99 49 91 60

 

PUY-DE-DÔME : CHU Gabriel Montpied - Clermont-Ferrand

 

Accueil et évaluation par une assistante sociale / Consultation de médecine générale sur rendez-vous / Aide aux démarches d’ouverture de droits / Accompagnement social

Tél. : 04 73 75 18 42 ou 04 73 45 47 87


PUY-DE-DÔME :
PASS La Rose des Vents - Issoire (PASS externalisée)

 

Accueil, écoute et orientation vers des professionnels de santé ou structures appropriées / Accompagnement dans les démarches de soins et les démarches sociales / Ouverture de droits / Soins médicaux et gynécologiques sur rendez-vous

Tél. : 04 73 54 54 88

 

RHÔNE : Hospices Civils de Lyon

 

Accueil et évaluation par un Assistant Social / Consultation de médecine générale / Soins dentaires / Soins pédiatriques

Tél. : 04 72 11 03 94

 

RHÔNE : GHM Les Portes du Sud

 

Accompagnement aux soins / Relais entre les différentes institutions et les professionnels sanitaires et sociaux

Tél. : 04 72 89 86 03 ou 04 27 85 21 56

 

RHÔNE : CH Le Vinatier

 

Soins en psychiatrie

Tél. : 04 37 91 54 54

 

SAVOIE : CHU Métropole Savoie

 

Accueil et évaluation par un Assistant Social / Consultation de médecine générale / Soins dentaires / Aide à l’accès aux droits / Accompagnement social

Tél. : 04 79 88 61 61 (Aix-les-Bains) / 04 79 96 50 50 (Chambéry)

22/11/2018 : Étude visant à valider un outil d’aide à la prescription des antithrombotiques oraux en médecine de ville

N’avez-vous jamais éprouvé de difficultés pour évaluer/réévaluer la pertinence des mono-, bi-, voire trithérapies d’antiagrégants plaquettaires et anticoagulants chez vos patients ?

 

Un groupe de travail (associant chercheurs, généralistes, cardiologue et gériatres) met en place une étude originale visant à valider un nouvel outil d’aide à la prescription des antithrombotiques oraux en médecine de ville (anticoagulant et/ou antiagrégant plaquettaire).

 

Cet outil synthétise, sur une page recto-verso, la majorité des situations cliniques où un traitement antithrombotique, en mono- bi- ou trithérapie, est indiqué chez l’adulte, précisant quelles associations, pour quelle durée et à quelle dose. Il est issu d’une revue systématique des dernières recommandations internationales sur ce sujet.

 

Si vous êtes cardiologue ou généraliste avec une activité ambulatoire, participez à COMBI-AT !

 

L’étude est :

 

- Simple : il vous suffit de cliquer ici

- Anonyme

- Rapide : 10 min pour répondre à 3 cas cliniques

- Intéressante pour votre pratique : pour vous remercier de votre participation, l’outil d’aide à la prescription vous sera offert.

- Nécessaire pour développer ensuite un accès ergonomique et fiable aux recommandations pour les médecins de ville.

20/11/2018 : -- Description qualitative de l'activité de psychiatrie libérale --

Description qualitative de l'activité de psychiatrie libérale


Au moment où l’ARS réalise les diagnostics et engage les réflexions départementales en vue de la définition des projets territoriaux de santé mentale, il est important que l’URPS Médecins puisse faire connaître et valoriser la place de la psychiatrie libérale.


L’activité réalisée par les psychiatres libéraux en ville est mal connue des pouvoirs publics. Si le nombre de consultations est facilement accessible à partir des données des services de l’Assurance maladie, la complexité des prises en charge, les profils des patients comme leurs parcours ne sont ni décrits, ni identifiés.

 

De plus, les libéraux sont peu représentés dans les travaux et réflexions qui débutent. Il faut cependant veiller à ce que l’activité des établissements de santé et en particulier celle des établissements publics ne soit pas la seule prise en compte dans les futures organisations.

 

Afin de décrire qualitativement l’activité de psychiatrie libérale et ainsi d’en faire connaître le poids dans l’organisation de la santé mentale, le groupe de travail Psychiatres de l’URPS Médecins AuRA a lancé une enquête auprès des psychiatres libéraux de la région AuRA.


Cette enquête a été réalisée via un questionnaire adressé à tous les psychiatres libéraux. Les praticiens ont complété ce questionnaire (version papier ou numérique) pour chaque patient reçu sur une journée type.

 

76 psychiatres ont participé à cette enquête (taux de participation de 12 %) et ils ont complété 761 questionnaires (environ 10 patients par médecin).

 

L’étude met en évidence la prise en charge de cas complexes par les psychiatres libéraux en ville :

  • 36 % des patients pris en charge sont en ALD psychiatrique ;

  • 46 % des patients ont plusieurs antécédents (Suivi ambulatoire : 34 % ; Hospitalisation psychiatrique libre : 31 % ; Tentative de suicide : 17 % ; Abus de toxique : 9 % ; Hospitalisation psychiatrique contrainte : 8 %).

On observe, parmi les patients pris en charge, une fréquence importante des troubles de la personnalité et du comportement (34 %), des troubles névrotiques (45 %), ainsi que des troubles de l’humeur (46 %). Plus de 52 % des patients pris en charge ont plusieurs troubles identifiés.

 

Vous pouvez accéder aux résultats détaillés de l’enquête en cliquant ici.


DÉMOGRAPHIE ET ACTIVITÉ DES PSYCHIATRES


L’URPS Médecins a réalisé une étude sur la démographie de la psychiatrie libérale et sur l’activité des psychiatres libéraux.

 

Pour l’URPS Médecins, l’objectif de ce travail est de décrire précisément l’offre en psychiatrie afin d’en faire état lors des négociations avec l’ARS. Il s’agit également de pouvoir anticiper les évolutions de la démographie médicale, de promouvoir les stages en libéral dans cette spécialité, et également d’accompagner les éventuels projets novateurs de ce domaine.

 

L’analyse de la démographie a été réalisée à partir de la base de données de l’URPS Médecins, et les données d’activité proviennent de requêtes ISPL réalisée dans le SNIIRAM.

 

On observe une population de psychiatres libéraux avec une moyenne d’âge relativement élevée et une forte proportion ayant une activité exclusivement libérale (68 %). L’observation de l’activité indique une tendance à la baisse globale pour les actes les plus fréquents (-2 %).

 

Les résultats sont présentés ci-dessous :

 

Démographie

  • Effectifs : 696 psychiatres libéraux dont pédopsychiatres (58 % d’hommes au total - 46 % parmi les pédopsychiatres)

  • Densité : 8,3/100.000 habitants et 1,39/100.000 habitants pour les pédopsychiatres (avec des disparités départementales)

  • Moyenne d’âge : 58,3 ans (France : 58,7 ans)

  • 68 % ont une activité exclusivement libérale

  • 64 % exercent en secteur 1 (444 médecins)

Activité

  • 1,6 million de consultations réalisées en 2016, dont 33 % dans le département du Rhône, avec une baisse globale des actes les plus fréquents (-1,6 % entre 2015 et 2016).

  • 2 223 actes produits en moyenne par psychiatre avec une grande diversité entre départements en fonction de la densité : 3 447 actes/psychiatres dans le Puy-de-Dôme, 1 921 dans le Rhône, et enfin 1 153 dans le Cantal.

  • Taux de dépassement des honoraires et accès secteur 1 très variables suivant les départements avec un taux de dépassement de 60,5 % pour les actes réalisés dans le Cantal (mais seulement deux praticiens), un taux de 38 % de dépassement dans le Rhône / 46 % psychiatres secteur 1 dans le Rhône, 90 % dans le Puy-de-Dôme.

Recours aux soins de psychiatrie : 20,7 actes pour 100 habitants avec de forts écarts entre les départements du Cantal (4,7) et du Puy-de-Dôme (31,8)

 

Psychiatres en formation : 259 internes en formation dont 62 dans chaque promotion (19 pour Clermont-Ferrand, 11 pour Grenoble, 23 pour Lyon et 9 pour Saint-Etienne).

 

L’URPS Médecins intervient auprès des doyens et du coordonnateur régional du DES de Psychiatrie, en faveur de la promotion de la psychiatrie libérale.


L’URPS a décidé de rencontrer les doyens de la région et les coordonnateurs régionaux des DES des cinq spécialités identifiées en tension et pour lesquelles elle a fait une étude en termes d’évolution de la démographie médicale et d’étude de l’activé.

 

Les représentants de l’URPS Médecins ont ainsi rencontré le Pr DAMATO pour la spécialité de psychiatrie. Les échanges ont été fructueux et ont permis de sensibiliser le Pr DAMATO sur l’importance de la promotion de la psychiatrie libérale. À cette occasion, il a pu être noté un net infléchissement dans la formation des nouveaux internes en faveur d’une prise en compte plus forte des neurosciences. Ce constat a soulevé des discussions sur les liens à faire entre des psychiatres installés et formés selon des approches plus psychanalytiques et cette nouvelle génération de jeunes psychiatres, et sur les modalités de formation plus généralement en psychiatrie.

 

Version imprimable

08/11/2018 : Présentation d’AFILIA

Veuillez trouver la plaquette de communication de la structure d’appui à la coordination des parcours pour les cas complexes (type PTA), structure lancée sur le département du Puy-de-Dôme il y a un an, le 6 novembre 2017.

29/10/2018 : 23/11/2018 : La souffrance au travail des professionnels de santé libéraux

Huit URPS de la région Auvergne-Rhône-Alpes vous invitent à un colloque-débat entre les professionnels de santé, l’ARS, l’Assurance Maladie :

 

Que fait-on d’un professionnel de santé en souffrance ?

Que fait-on pour un professionnel de santé en souffrance ?

 

Le vendredi 23 novembre 2018 de 9 h à 17 h

Au Pavillon de la Soie

30 avenue de Bohlen - 69120 Vaulx en Velin


Accédez au programme détaillé en cliquant ici.

25/10/2018 : Prime d'engagement à l'installation en zone prioritaire

Dans le cadre de sa politique de reconquête des déserts médicaux, La Région Auvergne-Rhône-Alpes a mis en place une Prime d'engagement à l'installation en zone prioritaire destinée aux futurs médecins généralistes.

Complémentaire au Contrat d'Engagement de Service Public (CESP), cette prime d'un montant de 10 000 euros a pour objectif de contribuer à faciliter et à garantir l'installation des étudiants en médecine générale dans les Zones d'Intervention Prioritaires (ZIP) ou les Zones d'Action Complémentaire (ZAC) d'Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Voir les détails dans le Règlement d'attribution de la Prime d'engagement à l'installation pour les futurs médecins généralistes en zones prioritaires d'Auvergne-Rhône-Alpes.

25/10/2018 : Prise en charge de l’infection VIH en médecine générale

Document élaboré à la demande des associations de patients, en vue de promouvoir un suivi partagé et coordonné pour les personnes vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine, tout au long d’un parcours de soins et de santé adapté tant à l’hôpital qu’en ville. En savoir plus…

   

Consultez la fiche de synthèse :

VIH. Consultation de suivi en médecine générale des personnes sous traitement antirétroviral (Oct. 2018)

25/10/2018 : Grand âge et autonomie - Consultation citoyenne

Madame Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a engagé le 1er octobre dernier une vaste concertation « grand âge et autonomie ». Dans ce cadre, une consultation inédite est lancée auprès de tous les Français.

 

L’objectif est de leur permettre de formuler des propositions concrètes sur cet enjeu de société en répondant à la question « comment mieux prendre soin de nos aînés ? » sur la plateforme Grande-consultation-aines.make.org.

 

Cette plateforme permettra de recueillir une contribution citoyenne utile pour nourrir les travaux de la mission de concertation grand âge et autonomie.

 

La force de relais des acteurs clés du secteur sera déterminante pour assurer une forte visibilité et une participation à la hauteur des enjeux qui sont les nôtres.

23/10/2018 : Lettres Autonomie Actu

Autonomie Actu est la lettre d’information de la filière autonomie de l’Agence Régionale de Santé Auvergne-Rhône-Alpes. Cette newsletter a pour but de vous informer des évolutions en cours, des documents ou outils qui sont mis à disposition pour l’accompagnement des personnes âgées ou en situation de handicap.

 

Accédez à la revue d'OCTOBRE 2018 en cliquant ici.

 

Accédez à la revue de JUILLET 2018 en cliquant ici.

 

Accédez à la revue d'AVRIL 2018 en cliquant ici.

19/10/2018 : Lutte contre la contamination chimique et perturbateurs endocriniens

L’URPS PACA a conçu un traité à la fois scientifique et pratique en rapport avec la lutte contre la contamination chimique et particulièrement les perturbateurs endocriniens (PE).

 

Accédez au document ‘Comment protéger mes patients de la contamination chimique & des perturbateurs endocriniens’.

18/10/2018 : Journées de sensibilisation sur la souffrance psychique des jeunes

Dans le cadre du dispositif santé jeunes, la ville de Valence propose une formation/sensibilisation sur le thème « Prise en compte de la souffrance psychique des jeunes pour une prévention des comportements à risques. Travail en réseau des professionnels et bénévoles du territoire ».

 

L’objectif de ces journées est de constituer un réseau efficient d’acteurs et de favoriser le développement d’actions de prévention.

 

Pour plus d’informations, consultez le dépliant Adultes Relais 2019.

 

Cliquez ici pour accéder au bulletin d’inscription.

 

03/10/2018 : Éditorial du NEJM concernant le harcèlement sexuel dans les universités américaines

Éditorial du NEJM (The New England Journal of Medecine) concernant le harcèlement sexuel dans les universités médicales et scientifiques américaines où il apparaît que les facultés de Médecine (CHU inclus) sont particulièrement concernées.

L'éditorial demande que les responsables des facultés informent largement leur communauté et luttent contre ce fléau qui ne sévit sans doute pas qu'aux États-Unis.

27/09/2018 : Remise du Prix de thèse 2018

L’URPS Médecins assure la promotion de la médecine générale en décernant, chaque année depuis 2006, un Prix de thèse à des jeunes médecins ayant soutenu leur thèse dans l’une des quatre universités de la région (Clermont-Ferrand, Grenoble, Lyon ou Saint-Etienne).

 

Le Prix de thèse 2018 a été remis hier soir à six jeunes médecins ayant soutenu leur thèse en 2017 sur les thèmes suivants :

 

. Le surpoids de l’enfant.
. Le burn out chez les médecins généralistes.
. L’attention portée aux supports de prévention et à leur message sanitaire dans les salles d’attente de cabinets de groupe de médecine générale.
. Le dépistage des maltraitances infantiles en médecine générale.
. L’élaboration d’un site Internet d’aide à la lecture et à l’interprétation de l’électrocardiogramme en médecine générale.



Pour + d’info, rendez-vous sur le site de l’URPS ML : www.urps-med-aura.fr/installati…/prix-de-these-en-mg-urps/18

24/09/2018 : Déploiement des 1 000 CPTS préconisées par le plan « Ma Santé 2022 »

L’IGAS définit les conditions favorables au déploiement des 1 000 CPTS
préconisées par le plan « Ma Santé 2022 »

 

 

Le plan « Ma Santé 2022 » définit 54 mesures pour transformer le système de santé. Au cœur de cette stratégie émerge la volonté de « Créer un collectif de soins au service des patients ». Dans ce cadre, il est prévu de déployer sur le territoire national 1 000 Communautés Professionnelles Territoriales de Santé.

 

Juste avant cette annonce, l’IGAS publiait un rapport relatif au déploiement des CPTS dans les territoires, l’occasion de faire un point d’étape deux ans après la publication de la loi de modernisation du système de santé (janvier 2016) qui créait ce dispositif. Le rapport dresse un bilan du déploiement des CPTS en tentant d’en déduire un modèle et définit un certain nombre de recommandations pour favoriser leur déploiement, contribution directe à la déclinaison du plan « Ma Santé 2022 ».

 

Les CPTS : le bilan à deux ans

 

  • Des projets concrets

 

C’est l’occasion de rappeler ce qu’est une CPTS alors que le cadre juridique défini est très léger, et de donner quelques illustrations concrètes de projets conduits par les professionnels avec un impact direct sur l’amélioration des prises en charge et l’amélioration des conditions d’exercices des professionnels. Ainsi, une CPTS est un ensemble de professionnels qui, sur un territoire, se rassemblent pour organiser des actions de prévention, mettre en place un projet de télémédecine, garantir une organisation pour l’accès aux soins non programmés ou encore garantir la continuité des soins en EHPAD, optimiser le temps médical en réduisant le temps administratif.

 
  • Trois types de CPTS mais pas de CPTS type

 

L’IGAS, en analysant les 200 CPTS en projet, définit trois types de CPTS :

 

-        Les CPTS en territoires ruraux : elles regroupent environ 100 professionnels de santé sur un territoire de 30 000 habitants. Leurs projets portent sur la prise en charge des personnes âgées, l’accès aux soins non programmés par exemple. L’enjeu est de sortir les professionnels de santé de leur isolement.

-        Les CPTS en territoires semi-ruraux et périurbains : elles regroupent de 100 à 300 professionnels de santé sur un territoire de 30 000 à 80 000 habitants. L’enjeu pour ce territoire est de pouvoir s’appuyer sur des systèmes d’information permettant la coordination entre acteurs.

-        Les CPTS en territoire urbain :  le territoire varie de 80 000 à 200 000 habitants. L’enjeu dans ces territoires est de pouvoir se structurer par rapport aux hôpitaux et d’organiser le lien avec l’ensemble des acteurs sanitaires et médico-sociaux. La CPTS de Vénissieux est, à ce titre, citée en exemple.

 

Si l’IGAS indique qu’il n’existe pas de modèle-type des CPTS et que le choix du périmètre dépend des logiques de territoire et des acteurs, ces profils peuvent aider à accompagner au mieux les acteurs dans leurs démarches. En revanche, le rapport insiste sur le caractère nécessairement pluri-thématique des projets portés, et sur le mode de gouvernance qui doit être à la main des professionnels de santé libéraux.

 

Les conditions favorables au développement des CPTS : la garantie d’un financement et le soutien des initiatives des libéraux

 

  • Une implication forte de l’URPS Médecins

 

Le rapport de l’IGAS préconise un soutien plus fort des pouvoirs publics auprès des acteurs. Mais, elle rappelle aussi que l’URPS a un rôle particulier à jouer dans la promotion et l’accompagnement des CPTS. Le rôle de l’URPS Médecins, en lien avec les autres URPS pour mobiliser les acteurs, est déterminant. Selon le rapport, il est d’autant plus facile de développer les CPTS que le lien URPS / ARS est fort, rappelant ainsi l’existence dans certaines régions de contrats entre l’ARS et l’URPS comme en PACA ou en Normandie.

 
  • Des missions clarifiées à l’échelle du territoire

 

En termes de missions, le rapport préconise qu’un certain nombre de missions définies dans un décret soient assurées par les CPTS dans le cadre du territoire, comme l’organisation des soins non programmés, des actions de prévention, l’accès au second recours et l’orientation du patient, la contribution à la formation initiale…

 

Un guichet unique ARS / Assurance maladie est souhaité pour faciliter les démarches des acteurs.

 
  • Un financement garanti

 

L’IGAS rappelle que les CPTS ne peuvent exister sans un financement pérenne. C’est pourquoi l’IGAS préconise le maintien de dotations régionales de l’ARS (FIR) pour le démarrage, mais ensuite préconise l’engagement d’une négociation en vue d’un accord conventionnel interprofessionnel dès 2019. En attendant, il est recommandé d’utiliser le fonds de transformation du système de santé pour les coûts transitionnels.

 
  • Un outillage des CPTS

 

L’IGAS insiste sur la nécessité de développer des outils collaboratifs de type messagerie sécurisée ou Réseau Social des Professionnels de Santé (RSPS) que l’URPS Médecins propose en Auvergne-Rhône-Alpes, des formations pour expliciter ces dispositifs via le DPC. L’animation du réseau des CPTS est également largement encouragé pour ne pas laisser seuls les acteurs.

 

L’URPS Médecins Libéraux AuRA accompagne la création des CPTS dans les territoires. Des réunions territoriales peuvent être organisées par les élus, et des chargés de mission accompagnent les professionnels de santé dans la conduite de leur projet. Des outils sont mis à disposition gratuitement pour faciliter la coordination entre professionnels avec le Réseau Social des Professionnels de Santé (RSPS) et l’agenda MEDUNION.


Pour toute information sur les CPTS, n’hésitez pas à nous contacter urps@urps-med-aura.fr.

12/09/2018 : Pertinence des actes : la lombalgie

La FNMR a signé un relevé de conclusions avec l’Union Nationale des Caisses d’Assurance Maladie afin d’améliorer la prise en charge des patients par une meilleure pertinence des examens d’imagerie. La première action de pertinence, en partenariat avec la Caisse, porte sur la lombalgie.

 

Indépendamment des retombées économiques espérées par la Caisse, il s’agit aussi de diminuer l’exposition aux rayonnements ionisants des patients pour une meilleure adéquation entre la pathologie et l’examen réalisé.

 

À cet effet, une fiche destinée aux demandeurs d’examens afin de leur rappeler les recommandations internationales et celles de la HAS, ainsi qu’une affiche pour les salles d’attente ont été créées.

10/09/2018 : L’Acoss, les Urssaf et la contribution aux URPS

Dans le cadre de la Convention d’Objectifs et de Gestion 2018-2022, l’amélioration des relations avec les URPS constitue un engagement pris par la branche Recouvrement. En ce sens, un plan d’actions national a été mis en place.
 
Dans le but de vous apporter toute l'information nécessaire sur le rôle de la branche Recouvrement dans la gestion de la Curps, nous vous informons qu’un espace dédié aux URPS a été ouvert sous Acoss.fr : cliquez ici pour accéder à la page web
 
Afin d'offrir un accompagnement aux URPS, une plaquette de communication est mise à disposition. Elle présente notamment :

  • La Curps et ses modalités de reversement

  • Les rôles et missions de l’Acoss et des Urssaf dans la gestion de la Curps

  • Urssaf.fr, lieu central d’informations des cotisants

10/09/2018 : Listing des PASS (Permanences d'Accès aux soins et à la Santé) Auvergne-Rhône-Alpes

La grande région AUVERGNE-RHÔNE-ALPES est dotée de 55 équipes PASS (MCO ou psychiatriques), de deux PASS dentaires et d’une PASS pédiatrique, réparties sur l’ensemble du territoire.

 

Vous pouvez consulter le listing des professionnels des équipes des PASS ARA (Septembre 2018).

 

Ce listing est à destination de toutes les personnes qui peuvent, au quotidien, avoir besoin de se mettre en lien avec les professionnels des PASS.

 

Contact : 

Elisabeth PIEGAY - Coordination des PASS / ARS Auvergne-Rhône-Alpes

ARHM - 290 route de Vienne - BP 8252 - 69355 LYON Cedex 08

Mail : elisabeth.PIEGAY@arhm.fr

Tél : 04 37 90 12 85 ou 06 01 19 41 94

19/07/2018 : Équipe Mobile de Rééducation - Loire

Nous vous signalons l’existence de l’Équipe Mobile Territoriale de Rééducation, Réadaptation et Réinsertion (EMT3R Loire). Cette structure intervient auprès des patients adultes en situation de handicap fonctionnel. Le but de l'EMT3R Loire est de travailler avec les médecins traitants du département de la Loire ainsi que le Nord Ardèche.

 

En tant que médecin libéral, sachez que vous pouvez solliciter cette Équipe Mobile si vous rencontrez des difficultés concernant la prise en charge globale du handicap physique de vos patients.

 

En cliquant ici, vous accéderez à une plaquette d’information concernant l’EMT3R Loire.

21/06/2018 : Publication du Projet Régional de Santé Auvergne-Rhône-Alpes 2018-2028

Message de la part du Directeur général de l’ARS AuRA, le Dr Jean-Yves GRALL

 

J’ai le plaisir de vous informer que le Projet Régional de Santé (PRS) Auvergne-Rhône-Alpes 2018-2028 a officiellement été publié le jeudi 14 juin 2018 au recueil des actes administratifs.

 

Son élaboration est le fruit d’un important travail collectif auquel vous avez tous contribué, chacun à votre niveau.

 

Je souhaite donc saluer votre investissement et ce travail remarquable qui a été mené, et notamment durant la période de consultation qui nous a fortement mobilisés.

 

Vous pouvez donc dès à présent consulter l’ensemble des documents qui composent le PRS sur le

site Internet de l’ARS à destination des acteurs de santé.

 

Une version papier du Projet Régional de Santé sera envoyée à tous les partenaires qui ont émis un avis dans le cadre de la consultation.

 

Enfin, le prochain séminaire des cadres, qui se tiendra en octobre 2018, sera l’occasion de nous approprier le PRS de manière concrète.

21/06/2018 : Centre de signalement des imperfections de la rue

La Métropole de Lyon dispose d’un centre de contact où quiconque peut donner des informations sur les anomalies qu'il a constatées sur son trajet à pied. Cela permet de les prendre en compte par les services de la Métropole pour les traiter afin qu'ils n'entraînent pas de dommages aux personnes.

Il est évident que les chutes dues à des imperfections de voirie sont très nombreuses et que, pour y remédier, il est indispensable que leurs causes soient connues...

 

Le numéro de téléphone de GRECO, qui existe depuis plusieurs années, est encore peu connu alors qu'il prend en considération les signalements qui lui sont faits. Éviter des traumatismes est source d'économie et surtout empêche les personnes de souffrir et d'être fort gênées dans leur vie quotidienne.

La Métropole de Lyon a mis au point un service de qualité, pratique pour recevoir les informations de personnes attentives à ces dangers potentiels avant qu'ils nuisent à des personnes...

 

Pour tout signalement, veuillez composer le 04 78 63 40 00

Pour visualiser l’affiche, cliquez ici.

31/05/2018 : Étude PARC : diffusion d'une brochure

Une étude PARC (Personne À Risque de Chute), coordonnée par la Cellule d’Évaluation Médico-Économique du CHU Grenoble-Alpes et menée en collaboration avec le département de l’Isère, porte sur l’évaluation de l’efficacité du bouquet de services IsereADOM comparé au suivi conventionnel sur le risque de récidive de chutes à six mois chez les sujets âgés fragiles (de + de 65 ans).

 

Ce projet se déroule sur quatre territoires du département de l’Isère : l’agglomération grenobloise, le Vercors, la Bièvre-Valloire et la Porte des Alpes.

 

Dans un souci de sensibiliser les PS au sujet de ce projet de recherche et de sélectionner des patients potentiels, une brochure a été élaborée.

 

Ce diptyque servira par ailleurs à informer les patients et leur expliquer la démarche à entreprendre pour être inclus dans l’étude.

 

Pour visualiser la brochure, cliquez ici.

28/05/2018 : L'Équipe Mobile de Répit accompagne les aidants familiaux en Métropole lyonnaise

L'Équipe Mobile de Répit se rend au domicile des aidants familiaux habitant la Métropole de Lyon afin d'évaluer leurs besoins, leur niveau d’épuisement, leur état de santé, et propose leur aide pour favoriser le maintien à domicile de la personne aidée (0-60 ans), proposer les lieux de répit, les accompagner tout au long de leur parcours.

 

De nombreux aidants sont en lien avec les médecins traitants ou spécialistes pour les soins de la personne aidée, et ils peuvent certainement être les premiers à constater des signes de fatigue ou d'épuisement.

 

Besoin d’aide ?

Contactez l’Équipe Mobile de Répit au 04 69 85 99 87

ou par courriel : contact@equipe-repit.fr 

 

Pour plus d'informations, consultez le flyer de cet organisme.

24/05/2018 : -- Urgences médicales et demandes de soins non programmés : Les syndicats de médecins libéraux demandent à être reçus par Agnès Buzyn --

Communiqué de presse intersyndical 22 mai 2018

 

Urgences médicales et demandes de soins non programmés : Les syndicats de médecins libéraux demandent à être reçus par Agnès Buzyn

 

Les médecins libéraux partagent l’émotion de nos concitoyens à la suite du décès de Naomi Musenga à Strasbourg et de deux personnes âgées dans le service des urgences de l’hôpital de Tours. Ils partagent également les questions suscitées par ces drames chez les professionnels de l’urgence médicale.

 

La médecine libérale assume un rôle majeur dans la réponse aux demandes de soins non programmés, que ce soit pendant ou en dehors des heures d’ouverture des cabinets, en répondant à la majorité des demandes de soins urgents.

 

Leur participation est en fait la partie immergée de l’iceberg :

 

· Les médecins régulateurs libéraux gèrent 80 % de ces appels sur les horaires de la permanence des soins ambulatoires en lien avec les centres 15.

· Les médecins généralistes français réalisent 300 millions de consultations par an dont on peut considérer qu’un minimum de 10 % concerne des patients nécessitant un examen médical dans la journée.

 

Les médecins libéraux ont donc une solide expérience dans ce domaine ; ils ont depuis longtemps développé une expertise de ces sujets qui a conduit à des évolutions majeures de l’organisation des soins, comme par exemple la mise en place des Maisons Médicales de Garde (MMG). Ils demandent la mise en application du numéro national unique, le 116 117, pour les demandes de soins non programmés et en permanence de soins, seule mesure à même de résoudre le problème de l’engorgement chronique des urgences.

 

Mais il reste encore beaucoup à faire.

 

Les syndicats représentant les médecins libéraux sont forces de propositions tant au niveau local que régional ou national. Ils demandent à leur tour à être reçus par leur ministre pour évoquer les pistes de réorganisation nécessaires des modes de prise en charge des demandes de soins non programmés.

 

Contacts :

Jacques BATTISTONI - Président de MG France - 06.62. 61.09.99

Jean-Paul HAMON - Président de la FMF - 06.60.62.00.67

Jean-Paul ORTIZ - Président de la CSMF - 06.07.86.08.83

Philippe VERMESCH - Président du SML - 06.09.55.77.24

02/05/2018 : Hôpital Nord Ouest : Numéro SOS Sein

Nous vous informons de la mise en place d’un système d’inscription à la maternité de l’hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône à l’aide d’un numéro unique :

04 74 09 67 63

 

Nous vous remercions de relayer cette information auprès de vos patientes souhaitant accoucher à l’hôpital Nord-Ouest afin qu’elles puissent effectuer cette démarche d’inscription dès leur décision prise.

 

Consultez la brochure « Numéro SOS Sein » : un numéro de téléphone unique dédié à la

prise en charge des pathologies mammaires malignes ou bénignes.

26/04/2018 : -- Le Carnet de vaccination électronique présenté au Parlement européen --

Le 24 avril 2018, le Président de l’URPS Médecins AuRA, le docteur Pierre-Jean Ternamian, et le docteur Jean-Pierre Enrione-Thorrand, élu en charge du projet, ont participé à la restitution des travaux du Parlement Européen de la Santé qui a retenu l’amélioration de la couverture vaccinale comme une des cinq priorités à conduire en termes de politique de santé au niveau européen. Le rapport recommande de mettre en place un passeport numérique européen de la vaccination.

 

Dans ce cadre, Madame Chiara Danelli, Présidente du Comité pour une initiative européenne de vaccination, a présenté le Carnet de vaccination électronique de Mesvaccins.net au Parlement européen à Bruxelles, devant le Directeur général de la santé de la Commission européenne, monsieur Xavier Prats Monné.

 

L’URPS Médecins Auvergne-Rhône-Alpes a ainsi pu témoigner de son expérience et de l’intérêt du déploiement du carnet de vaccination électronique en région Auvergne-Rhône-Alpes.

 

Voir la page Facebook de l'URPS Médecins Libéraux AuRA.

12/04/2018 : Rapport : Renforcer le lien ville-hôpital

Ville-hôpital : des pistes pour renforcer les liens


Dans la continuité de sa plateforme politique 2017-2022, la FHF présente le rapport sur le lien ville-hôpital confié au Dr Jean-Pierre Jardry, médecin généraliste libéral et administrateur de la FHF.  Au travers de 17 propositions détaillées et illustrées par des exemples, ce rapport donne des clés pour renforcer un travail constructif dans l’ensemble des territoires et déployer des projets médicaux en lien avec l’ensemble des acteurs de santé. Ce travail précurseur s‘inscrit dans la politique nationale d’accès aux soins.

 

Cliquez ici pour lire le rapport et le communiqué de presse.

28/03/2018 : ** Dictionnaire des acronymes et des sigles **

L'URPS Médecins Libéraux Auvergne-Rhône-Alpes a créé un Dictionnaire des acronymes et des sigles. Pour y accéder, cliquez ici.

27/03/2018 : Séminaire sur les CPTS

Vendredi 23 mars 2018, l’URPS Médecins Libéraux Auvergne-Rhône-Alpes a proposé un séminaire sur les CPTS.

Ce séminaire, organisé à l’initiative du Collège 1, a rassemblé une trentaine de participants et a remporté un vif succès. Il a donné lieu à des échanges approfondis entre les porteurs de projets de CPTS de la région et les élus de l’URPS sur les enjeux des CPTS.

 

L’URPS Médecins a, par ailleurs, sollicité l’appui du cabinet CORMIER-BADIN pour réaliser une étude portant sur les différents supports juridiques pouvant être utilisés par les professionnels de santé libéraux pour leur projet de CPTS.

 

Si vous souhaitez disposer de cette étude, contactez l’URPS Médecins AuRA en envoyant un courriel à cette adresse : urps@urps-med-aura.fr.

 

Vous trouverez, ci-dessous, l’ensemble des éléments présentés lors de ce séminaire :

-        Présentation du séminaire

-        Synthèse de la journée

-        Bilan des projets de CPTS

-        Brochure CPTS

22/03/2018 : 22/03/2018 - Conférence de presse : Carnet de Vaccination Électronique (CVE)

Les URPS Médecins et Pharmaciens, et France Assos Santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes ont organisé ce jeudi 22 mars 2018 une conférence de presse pour rappeler leur engagement dans le Carnet de Vaccination Électronique (CVE). Les docteurs Ternamian, Rébeillé-Borgella, Enrione-Thorrand, Stagnara, et Messieurs Rozaire, Koeck et Blanchardon ont présenté aux journalistes le CVE et leurs actions.

 

Consultez le dossier de presse.

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

 

www.MesVaccins.net
Les URPS Médecins et Pharmaciens, France Assos Santé de la région Auvergne-Rhône-Alpes, unis pour promouvoir le déploiement du carnet de vaccination électronique (CVE)

L’Union Régionale des Professionnels de Santé (URPS) des Médecins, des Pharmaciens Libéraux et France Assos Santé (représentant les usagers) de la région Auvergne-Rhône-Alpes se mobilisent pour améliorer la couverture vaccinale et organiser le déploiement du carnet de vaccination électronique auprès des professionnels de santé libéraux et de la population.

L’amélioration de la couverture vaccinale est un enjeu de santé publique majeur en France. La mort tragique d’une jeune femme de 32 ans, des suites de complications de rougeole l’a encore récemment rappelé. L’extension de l’obligation vaccinale (passage de trois à onze vaccins obligatoires pour les enfants à compter de 2018) oblige également à sécuriser le suivi des vaccinations. La généralisation d’un carnet de vaccination électronique apparait dès lors comme une nécessité.

 

Le seul carnet de vaccination électronique partagé entre le professionnel de santé et le patient

 

Le carnet de vaccination électronique (MesVaccins.net) est un outil commun au patient et au professionnel de santé qui permet l’accès aux données vaccinales à tout moment.

- Pour le médecin, c’est un outil d’expertise qui facilite l’application des obligations et recommandations vaccinales ainsi que les bonnes pratiques, en s’appuyant sur les base des vaccins disponibles en France qui font l’objet d’une certification par la Haute Autorité de Santé (HAS). Il constitue aussi un registre permettant de fournir des données sur l’évolution de la couverture vaccinale de la population et ainsi permettre un travail de prévention ciblé.

-  Pour le Pharmacien, c’est un outil de sécurisation de la dispensation du vaccin, en permettant de scanner directement le numéro des lots. L’échange entre le pharmacien et le patient sur son calendrier vaccinal est facilité.    C’est aussi un outil de coopération interprofessionnel en permettant au pharmacien de prévenir le médecin traitant de la date de délivrance du vaccin pour une amélioration de la prise en charge.

- Pour le patient, le carnet de vaccination électronique lui permet de faire facilement le point sur sa situation vaccinale personnelle, de générer des rappels pour les prochains vaccins ou encore d’obtenir la liste des vaccins qui lui sont recommandés par les autorités sanitaires.

L’outil est développé par une société strictement indépendante des industries pharmaceutiques. Les données sont réservées aux patients et aux acteurs de santé.

 

Généraliser son utilisation sur toute la région

 

L’URPS Médecins et Pharmaciens sont ainsi engagés dans une action volontariste visant à généraliser l’utilisation du carnet de vaccination électronique au sein de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

En 2017, l’URPS Médecins a ainsi financé le développement de l’application mobile du CVE. En 2018, les URPS Médecins et Pharmaciens ont décidé de financer son accès gratuit aux 13 500 médecins libéraux et 2 500 pharmacies de ville de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

France Assos Santé soutient et encourage ces initiatives portées par les professionnels de santé libéraux et incite à l’utilisation du carnet de vaccination électronique par la population. Chacun peut ouvrir gratuitement son propre carnet de vaccination électronique sur MesVaccins.net.

 

 Des actions de partenariats réalisées

 

Les URPS ont engagé des actions de promotion de l’outil auprès de l’ensemble des professionnels de santé libéraux et s’attachent à nouer des partenariats, notamment avec les collectivités territoriales. Des actions ponctuelles ont été engagées avec les services de médecine scolaire des rectorats pour proposer l’ouverture de carnets de vaccination électronique dans des établissements scolaires.

16/03/2018 : Formation : l’interprétariat en santé

L’interprétariat en santé et en santé mentale constitue un outil important aujourd’hui afin de permettre à toutes les personnes allophones présentes sur le territoire français de pouvoir se faire soigner dans de bonnes conditions quand leur état de santé le nécessite.

 

Pour accompagner les soignants et les interprètes dans un travail collaboratif fructueux, l’ORSPERE SAMDARRA propose des cessions de formation gratuites.

 

Pour plus d’informations, consultez le programme complet.

23/02/2018 : Immuniser Lyon : campagne d'incitation à la vaccination des seniors

Dans le cadre d’Immuniser Lyon, le Collectif a travaillé ces derniers mois à l’incitation à la vaccination pour les seniors de plus de 65 ans.

En accord avec les priorités de la Ministre de la santé, Madame Buzin, ce collectif répond à la volonté de proposer des actions concrètes en mobilisant tous les acteurs de la prévention.

Ainsi, il a tenu compte du défaut de couverture vaccinale concernant la grippe chez les usagers et chez les professionnels de santé constaté en 2017, mais a souhaité élargir cette incitation à la vaccination des seniors aux vaccins zona, pneumocoque et DTPC.

Pour plus d’information, voir les courriers à destination des usagers et des professionnels de santé.

15/02/2018 : -- L’URPS Médecins présente ses projets aux conseillers d’Agnès Buzyn --

Le docteur Pierre-Jean TERNAMIAN, Président de l’URPS Médecins Libéraux AuRA et le docteur Marcel GARRIGOU-GRANDCHAMP, membre du Bureau, ont rencontré ce mercredi 7 février 2018 trois conseillers de Mme la Ministre de la Santé et des Solidarités, Agnès BUZYN, pour leur présenter les projets actuellement portés par l’URPS Médecins AuRA, et en particulier les projets e-Santé.  

 

Après avoir salué Madame Agnès BUZYN, les représentants de l’URPS Médecins AuRA ont été reçus longuement par le Professeur Lionel COLLET, Conseiller spécial, le Docteur Jacques-Olivier DAUBERTON, Conseiller chargé de la sécurité sanitaire (chargé aussi des liens avec les professionnels de santé de ville) et Nicolas LABRUNE, Conseiller sur les questions numériques pour échanger sur le déploiement du Carnet de Vaccination Électronique (CVE), le Réseau Social des Professionnels de Santé (RSPS) et les projets de télésurveillance (objets connectés).

 

Les représentants de l’URPS Médecins AuRA ont présenté les actions engagées en région pour accompagner l’utilisation du CVE et ont insisté sur l’intérêt d’un message fort de la Ministre en faveur du déploiement du CVE en lien avec la politique d’amélioration de la couverture vaccinale. À ce titre, les représentants de l’URPS ont pu relayer la recommandation d’un rapport de la Cour des Comptes publié ce jour et relatif à l’amélioration de la couverture vaccinale en France, et évoquer l’intérêt de la reconnaissance d’un consultation complexe (ROSP).

 

Les représentants de l’URPS ont également évoqué le Réseau Social des Professionnels de Santé, outil créé dans le cadre du projet Territoire de Soins Numérique (PASCALINE). Il a été rappelé l’intérêt du développement de ce réseau social particulièrement adapté aux besoins de coordination des professionnels de santé libéraux et publiques dans le cadre notamment de la mise en place des Maisons de Santé Pluriprofessionnelles ou des CPTS, et dans les liens ville-hôpital. La création, adossée au RSPS d’un annuaire des professionnels de santé libéraux (ANLORS), a également été partagée avec les conseillers de la Ministre. L’URPS Médecins Libéraux AuRA souhaite que le RSPS puisse être déployé et proposé dans les autres régions.

Le projet de réduction du tabagisme chez les professionnels de santé, grâce au déploiement du RSPS présenté à la DGOS en août 2017, a été rappelé aux conseillers de Madame la Ministre.

 

Enfin, d’autres sujets ont pu être abordés comme la nécessité de développer les dispositifs de télésurveillance, de mettre en œuvre le numéro unique 116-117, ou encore le dossier de mise en relation des dispositifs d’imagerie dans un objectif d’amélioration de la continuité des soins.  

Au niveau régional, l’URPS Médecins a rappelé l’intérêt de poursuivre la coopération avec le nouveau GCS e-Santé, par fusion des GCS Simpa et SISRA.  

08/02/2018 : Lancement de la 1ere campagne nationale d'information sur le bon usage des écrans

Acteur clé du secteur de la prévention santé depuis 25 ans, l’IEMP (Institut d’Éducation Médicale et de Prévention) vient de lancer une nouvelle campagne d'intérêt général sur le bon usage des écrans, sujet de société qui nous préoccupe et nous concerne tous. 

71 % des Français pensent ainsi que cet usage nuit à la qualité des relations, 69 % sont préoccupés par la présence des écrans dans la vie de leurs enfants et 59 % se considèrent comme dépendants. Pour répondre à cette inquiétude, l’IEMP a lancé un site Internet : www.lebonusagedesecrans.fr ayant pour vocation d’apporter :

  • une information neutre et objective sur l’usage des écrans : qu’est-ce qu’un usage excessif des écrans ? Quelles en sont les causes et les conséquences ? Quel est l’impact des écrans sur notre cerveau ? Comment savoir si l’on est dans un usage nocif ? Comment limiter ses risques ? ;

  • des conseils à tous ceux qui se trouvent confrontés, à titre personnel ou via leur entourage, à un usage excessif des écrans : que faire pour sortir d’un usage pathologique des écrans ou aider un proche à s’en sortir ? Vers qui se tourner ? ;

  • un accompagnement pour les organisations publiques ou privées et pour les professionnels de santé qui souhaitent relayer ce message auprès de leurs publics. 

Afin de favoriser la diffusion auprès de vos publics d’une « culture de l’usage raisonnable des écrans », consultez les documents ci-dessous :

Vous pouvez également vous abonner à la lettre d’information via le site Internet www.lebonusagedesecrans.fr pour vous permettre de recevoir régulièrement des informations sur le bon usage des écrans.

31/01/2018 : Brochure de sensibilisation des MG au diagnostic du cancer du pancréas

Diffusion de la brochure de sensibilisation des médecins généralistes d'Auvergne-Rhône-Alpes au diagnostic du cancer du pancréas.

30/01/2018 : Des fiches gratuites pour expliquer la santé avec des mots simples

Pour améliorer la compréhension des soins, lever les peurs et faciliter la communication entre le patient et le soignant, l’association CoActis a constitué un groupe de travail de plus de 50 structures sanitaires et associatives pour coconstruire et donner naissance à l’outil SantéBD.

 

Avec des illustrations et des explications en français facile à lire et à comprendre (FALC), SantéBD apparaît comme un véritable support pédagogique et universel prenant en compte les besoins des plus fragiles, comme les patients avec déficience intellectuelle ou avec autisme tout en s’adressant aussi à tous : aux enfants bien-sûr et aux adultes qui souhaitent mieux comprendre les consultations. SantéBD permet également de faire fi de la barrière de la langue.

 

Les fiches SantéBD permettent au patient qui a des difficultés de compréhension ou d’expression (notamment les personnes en situation de handicap intellectuel) de préparer en amont les consultations et d’utiliser cet outil pour dialoguer avec le professionnel de santé. Les consultations se déroulent plus facilement et le suivi médical se passe mieux. L’utilisation de SantéBD est un ainsi un outil précieux pour le bon déroulement d’une consultation et pour rendre les patients acteurs de leur santé.

 

Ces fiches sont mises à disposition gratuitement et sont personnalisables grâce à une application mobile et un site web. Plus de 20 spécialités médicales sont aujourd’hui décrites (médecine générale, dentaire, gynécologie, radiographie, anesthésie, méopa, prise de sang, ponction lombaire, IRM, prévention cancer…).

 

Pour vous permettre une meilleure visualisation, cliquez sur les fiches :

-        J’ai rendez-vous chez le médecin

-        Parler de la douleur

-        La prévention du cancer

25/01/2018 : Étude clinique universitaire : sollicitation des MG

Un médecin généraliste et chef de clinique des universités au collège universitaire de médecine générale (CUMG) de Lyon souhaite diffuser une étude clinique universitaire (sans lien avec l'industrie pharmaceutique) sur une problématique addictologique : l'utilisation des tests urinaires de dépistage d'opiacés en médecine générale. 

 

Il s'agit de l'étude ESUB-MG (pour Évaluation des consommations de SUBstances au cabinet médical pour la prise en charge des patients initiant un traitement par buprénorphine en Médecine Générale) qui est financée dans le cadre d’un PHRC national.

 

Cette étude vise à étudier l'intérêt de l'utilisation de tests urinaires de dépistage des opiacés en cabinet de médecine générale dans le cadre de la primo-prescription de buprénorphine ou buprénorphine+naloxone. 

 

Elle est coordonnée sur le plan national par le département universitaire de médecine générale de Toulouse et le centre d'addictovigilance de Toulouse, et lancée en parallèle dans plusieurs régions de France dont la région Rhône-Alpes, avec une coordination locale par le CUMG de Lyon et le CEIP de Grenoble.

Si vous êtes un médecin généraliste et que vous souhaitez participer à cette étude, consultez la lettre de sollicitation remise aux médecins dans le cadre de l'étude ET le déroulement de l’étude.

21/11/2017 : Accompagnement à domicile pour l’obésité infantile

CALORIS, le Centre auvergnat de l'obésité et de ses risques en santé, est la structure de coordination de prise en charge de l'obésité en région Auvergne, labellisée par l'Agence Régionale de Santé dans le cadre du Plan Obésité.

Depuis maintenant trois ans, CALORIS propose un accompagnement familial à domicile de l’obésité pédiatrique : PROXOB.


PROXOB a permis d’accompagner 51 familles soit environ 200 personnes (89 parents, 103 enfants). Les familles sont suivies pendant six mois à domicile par un trinôme de professionnels : diététicien, professeur d’activité physique adaptée et professionnel de la parentalité (cette prise en charge pluridisciplinaire permet de prendre en compte l’obésité sous ses différentes dimensions)

Pour + de détails, cliquez ici.

 

Pour l’année 2017-2018, des places sont encore disponibles sur les trois secteurs (Clermont-Ferrand et agglomération, Thiers et Issoire).

 

Voir la plaquette de présentation.


Pour toutes questions ou renseignements complémentaires veuillez contacter Mme Chloé Desblés, chargée du projet PROXOB au sein de CALORIS, au 04 73 75 24 45.

20/11/2017 : Méthodologie applicable pour la détermination des zones

Le 13 novembre 2017 est paru l’arrêté sur la méthodologie pour la détermination des zones caractérisées par une offre de soins insuffisante ou des difficultés d’accès aux soins (ancienne appellation des zones fragiles).


Désormais, la méthodologie est nationale et non plus régionale, comme pour la définition des zones fragiles de 2012. Le territoire national est découpé en territoires de vie-santé composés d’un ensemble de communes. Le nouvel indicateur applicable dit APL (Accessibilité potentielle localisée) exprime un nombre de consultations accessibles par habitant pour chaque territoire vie-santé. La moyenne nationale est fixée à quatre consultations par habitant et par an (indicateur standardisé).

 

Les territoires caractérisés par une offre de soins insuffisante sont définis comme suit :

-        Tous les territoires de vie-santé qui ont un indicateur inférieur à 2,5 consultations par habitant et par an ; pour la région Auvergne-Rhône-Alpes, 7,9 % de la population régionale est concernée ;

-        Les territoires vie-santé qui ont un indicateur compris entre 2,5 et 4 consultations par habitant et par an constituent un vivier. L’ARS définit dans ce vivier la liste des territoires vie-santé retenus, dans la limite de 7,2 % de la population.

 

Au total, c’est 15,1 % de la population régionale qui sera concernée et vit au sein d’un territoire vie-santé dont l’offre de soins est jugée insuffisante, et ouvrant de ce fait à des aides particulières pour les médecins qui y sont installés ou qui vont s’y installer.


Pour mémoire, les aides au maintien ou à l’installation des médecins sont les aides prévues par la convention médicale signée le 25 août 2016, des mesures en termes de fiscalité, des aides du Fonds d’Intervention Régionale à la main de l’ARS.

 

À noter également, la prise en charge des certificats de décès prévue par une nouvelle disposition du code de la sécurité sociale qui entrera en vigueur à compter du 5 décembre 2017, est réalisée en journée également dans ces zones où l’offre de soins est jugée insuffisante pour les médecins.

 

L’URPS négocie actuellement avec l’ARS les critères qui devront permettre de définir le dispositif de zonage pour les territoires vie-santé dont l’indicateur APL se situe entre 2,5 et 4 consultations.


Pour toute information complémentaire, vous pouvez contacter l’URPS Médecins AuRA : urps@urps-med-aura.fr.

14/11/2017 : Création d'une unité de soins des patients sourds en langue des signes

L'accessibilité aux soins des personnes sourdes communiquant avec la langue des signes est un sujet de préoccupation tant pour les professionnels de santé soignants que pour les patients et leur entourage.

 

Sous l'impulsion d'usagers sourds, la première structure de soins en langue des signes a été créée en 1995 à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière, dans le service de médecine interne. À la suite de cette expérience, d'autres unités ont été créées au sein d'établissements de santé ; la circulaire du 20 avril 2007 en précise les modes de fonctionnement.

 

En outre, la loi du 12 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyennet des personnes handicapées énonce que dans leurs relations avec les services publics, "les personnes déficientes auditives bénéficient, à leur demande, d'une traduction écrite simultanée ou visuelle de toute information orale ou sonore les concernant."

 

Par ailleurs, la Haute Autorité de Santé a rappelé dans son guide d'amélioration des pratiques professionnelles intitulé "Accueil, accompagnement et organisation des soins en établissement de santé pour les personnes en situation de handicap", le rôle essentiel des UASS (Unité d'accueil et de soins pour sourds) pour garantir leur accès aux soins.

 

En région Auvergne-Rhône-Alpes, cinq unités sont opérationnelles et réparties dans quatre départements, à savoir :

- le Rhône (Hospices civils de Lyon, Centre hospitalier spécialisé de St-Cyr-au-Mont-d'or)

- l'Isère (CHU de Grenoble)

- La Savoie (Centre hospitalier métropole Savoie)

- La Haute-Savoie (Centre hospitalier Annecy-Genevois).

 

Deux projets de création sont en cours, l'un au sein du CHU de St-Etienne, l'autre au CHU de Clermont-Ferrand. S'agissant de ce dernier, la recherche dans le département du Puy-de-Dôme de professionnels de santé sensibilisés à la prise en charge de patients sourds et notamment de médecins formés à la langue des signes fait l'objet de toute notre attention. Les acteurs locaux rencontrés (institut de jeunes sourds, URAPEDA, association de personnes sourdes, CHU...) sont mobilisés sur la construction de ce projet.

14/11/2017 : Enquête nationale périnatale 2016 : premiers résultats

Vous avez activement participé à la coordination et à la mise en place de la dernière enquête nationale périnatale dans les maternités de votre département.

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication des résultats de cette enquête. Veuillez trouver :

- une plaquette donnant les principaux résultats chiffrés,

- la synthèse du rapport 2016,

- deux publications scientifiques de synthèse (Article 1 ; Article 2).

Le rapport complet de l’enquête peut être téléchargé à l'adresse suivante.

 

Un constat très positif de cette enquête est la stabilisation ou la diminution de la fréquence de certains actes réalisés au moment de l’accouchement (césariennes, épisiotomies…) et une adaptation des pratiques et des maternités pour mieux respecter les recommandations et répondre aux besoins et aux demandes des femmes.

 

À la vue des résultats, il nous semble également que le développement d’actions de prévention et de promotion de la santé sont nécessaires : nous constatons en effet une augmentation de la prévalence de certains facteurs de risque, comme l’âge des mères et l’obésité ; de plus, la consommation de tabac pendant la grossesse ne diminue pas, et l’allaitement maternel exclusif en maternité a beaucoup diminué, alors que la France se situait en 2010 dans une position peu favorable par rapport aux autres pays européens pour ces deux indicateurs.

 

Au-delà de ces constats, le rapport présente l’évolution des principaux indicateurs périnatals relatifs à la santé, aux pratiques médicales et aux facteurs de risque, en métropole et dans les DROM. Ces données fournissent des informations utiles pour aider à la décision et à l’évaluation des actions de santé.

 

Merci de diffuser largement ces documents auprès de vos collaborateurs et vos confrères.

19/07/2017 : Une application smartphone pour mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme

     Une nouvelle application pour smartphone iOS et Android permettant d'informer mais aussi de collecter des informations sur les piqûres de tiques afin de mieux comprendre et prévenir la maladie de Lyme, est disponible au téléchargement, ont annoncé la Direction générale de la santé (DGS), l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) et l'Institut national de recherche agronomique (Inra), dans un communiqué diffusé le 18 juillet 2017.

     Baptisée Signalement tique’, cette application invite la victime d’une morsure à signaler le lieu et le contexte de la rencontre.

     Lire le communiqué de presse (en bas de la page : lien vers le téléchargement de l’application).

03/07/2017 : Plateforme SPS à l’écoute des étudiants en santé en souffrance psychologique

Si la souffrance psychologique touche de nombreux professionnels de santé, elle n’épargne pas les étudiants en santé. C’est ce qui ressort de l’enquête « Santé mentale » menée auprès des étudiants et jeunes médecins. C’est aussi ce que rapporte le Dr Valérie Auslender dans son livre Omerta à l’hôpital : le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé.

Afin d’offrir écoute, aide et orientation aux jeunes rendus vulnérables, l’association Soins aux Professionnels de Santé (SPS) met à leur disposition sa plateforme d’appel nationale 0 805 23 23 36.

Lire le communiqué de presse.

03/07/2017 : Conduite à tenir face à un patient présentant une morsure de serpent

     Diffusion d’information sur les mesures à observer pour la prise en charge de patients présentant une morsure de serpent : cliquez ici.

     Ces recommandations s’inscrivent dans un contexte de pénurie du sérum anti-venimeux VIPERFAV et doivent donc être prises en compte avec la plus grande attention.

10/05/2017 : Reportage sur le Carnet de Vaccination Électronique : deux minutes pour convaincre !

Un reportage réalisé par France 3 Auvergne-Rhône-Alpes sur le Carnet de Vaccination Électronique a été diffusé vendredi 5 mai 2017 (à revoir en replay).

Filmé à son cabinet lors d’une consultation, le docteur Jean-Pierre Enrione-Thorrand, porteur du projet au sein de l’URPS, explique à une patiente, venue faire le point sur sa couverture vaccinale avant un voyage à l’étranger, les bénéfices directs offert par ce nouvel outil. Moins de deux minutes pour convaincre grand public et professionnels de santé de la pertinence et de l’efficacité d’un tel système d’aide à la décision médicale.

10/05/2017 : Mise en oeuvre d'antibiogrammes ciblés dans les infections urinaires

Pour faciliter et améliorer la prise en charge de vos patients souffrant d’infection urinaire et lutter contre l’antibiorésistance, la Direction générale de la Santé a réalisé une fiche pour informer les professionnels de santé de ces nouvelles préconisations.

Pour accéder à cette fiche, cliquez ici.

13/04/2017 : Présentation du Carnet de Vaccination Electronique (CVE) à la maternité privée Natecia

Devant une quarantaine de personnes réunies à la maternité privée lyonnaise Natecia, ont été évoqués les projets d’e-santé qui seront mis en place, durant l’année 2017, au sein de l’établissement. Parmi eux, deux services sont actuellement pilotés par l’URPS Médecins Libéraux AuRA : celui du Réseau Social des Professionnels de Santé (RSPS) et du Carnet de Vaccination Electronique (CVE). Ce dernier a fait l’objet d’une présentation synthétique. Un temps d’échanges a permis d’approfondir le contexte et les objectifs de cet outil, ainsi que sa mise en œuvre et les modalités d’inscriptions des mères et de leurs enfants. Un focus a également été fait sur l’importance du décloisonnement du parcours vaccinal et la mise en perspective de la collaboration entre l’hôpital et la médecine de ville.

21/11/2016 : Antibios pour les infections respiratoires hautes et infections urinaires : fiches mémo

L’utilisation massive et répétée de traitements antibiotiques inadaptés conduit à l’apparition de bactéries résistantes à ces médicaments. Dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance, la Haute Autorité de Santé publie, en partenariat avec la Société de Pathologie Infectieuse de Langue Française (SPILF), des fiches mémo à destination des médecins généralistes sur les infections les plus fréquentes : rhinopharyngite, angine, otite de l’enfant et de l’adulte, ainsi que les infections urinaires de la femme et de la femme enceinte.

17/11/2016 : La mortalité en région Auvergne-Rhône-Alpes

Les indicateurs de mortalité dans notre région témoignent de la situation favorable d'Auvergne-Rhône-Alpes par rapport aux autres  régions françaises. Ainsi, nous sommes la deuxième région en termes de longévité chez les hommes (79,6 ans) et chez les  femmes (85,5 ans). On observe une sous-mortalité prématurée (avant 65 ans) et une sous-mortalité prématurée évitable (par les  pratiques de prévention primaire), encore plus marquées, en Auvergne-Rhône-Alpes. Les parts des principales causes de décès sont assez proches de celles observées au niveau national avec toutefois une part plus importante des causes externes,  blessures et empoisonnement pour la mortalité prématurée.
Toutefois, cette  situation favorable est très inégalement répartie sur le territoire de la région. Les taux de mortalité des départements de  l'ancienne région Rhône-Alpes sont  le plus souvent inférieurs aux taux moyens nationaux alors que ceux de l'ancienne région  Auvergne sont supérieurs. L'espérance  de  vie est inférieure à la moyenne nationale dans les départements de l'ex-Auvergne  ainsi  qu'en Ardèche et en Savoie. La  mortalité prématurée apparaît particulièrement élevée dans l'Allier.

25/07/2016 : Plusieurs décrets parus impactant la médecine libérale

Plusieurs textes de loi sont parus courant juillet 2016 :

En savoir plus :

26/04/2016 : Site d'information sur la vaccination

Le Ministère en charge de la santé lance, dans le cadre de la "Semaine de la vaccination",  un site internet pédagogique à destination du grand public qui regroupe toutes les informations de référence.

25/04/2016 : La rémunération sur objectifs de santé publique

La CNAMTS a mis en ligne son bilan.

04/02/2016 : Dépistage et promotion de la santé sexuelle : 15 Centres gratuits en AuRA

15 centres gratuits d'information, de dépistage et de diagnostic (CeGIDD) ont été habilités par l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes au 1er janvier 2016.

27/01/2016 : Loi de santé et décisions du Conseil constitutionnel au Journal officiel

Au JOurnal officiel du 27 janvier 2016 :

26/01/2016 : Pour l'avenir de la santé : de la grande consultation aux propositions

L’Ordre des médecins présente 10 propositions opérationnelles en réponse aux nombreux dysfonctionnements de notre système de santé, tant pour les patients que pour les médecins et les autres professionnels de santé. Ces propositions sont le résultat de la grande consultation engagée par l’Ordre des médecins avec tous les acteurs du système de santé et de multiples rencontres avec les professionnels sur le terrain.
- 1ere priorité : Simplifier l’organisation territoriale des soins avec une gouvernance partagée entre acteurs et usagers
   . Proposition n°1 : Mettre en place un échelon territorial unique pour améliorer la coordination des soins
   . Proposition n°2 : Instaurer la démocratie sanitaire à tous les niveaux territoriaux
   . Proposition n°3 : Créer un portail d’information unique entre acteurs de santé et usagers au niveau de chaque bassin de proximité santé
- 2eme priorité : Alléger et décloisonner l’exercice professionnel des médecins
   . Proposition n°4 : Redonner du temps médical aux médecins
   . Proposition n°5 : Mettre en place un système social protecteur et un mode de rémunération valorisant pour tous
   . Proposition n°6 : Promouvoir et faciliter les coopérations inter et intra-professionnelles
   . Proposition n°7 : Simplifier les relations avec les organismes gestionnaires
- 3eme priorité : Ouvrir et professionnaliser la formation des médecins
   . Proposition n°8 : Réformer le numerus clausus et la PACES pour une meilleure adaptation aux besoins des territoires
   . Proposition n°9 : Régionaliser la formation initiale et renforcer la professionnalisation du deuxième cycle à l’internat
   . Proposition n°10 : Renforcer la formation continue par la recertification
Ces 10 propositions ont pour objectif d’alimenter le débat public et les programmes politiques des prochaines échéances électorales dans la perspective d’aboutir à la construction d’une réforme de santé ample et partagée.

22/01/2016 : Coopération entre anesthésistes-réanimateurs et chirurgiens

La qualité du travail en équipe et notamment de la communication entre anesthésistes-réanimateurs et chirurgiens, représente un enjeu majeur pour la sécurité du patient. Pour mieux travailler en équipe, la Haute Autorité de Santé propose un document synthétique en 15 points-clés pour l'amélioration des pratiques professionnelles.